Et en grandissant, tu apprends  que le bonheur n’est pas
celui des grandes choses.
Ce n’est pas celui qu’on poursuit à vingt ans,
quand, en tant qu’affréteur, tu combatte
le monde pour sortir victorieux…

Le bonheur n’est pas ce que on poursuit                                                                                                                                                                                                                    anxieusement en croyant que l’amour est tout
ou rien,…

Ce n’est pas celui des émotions fortes qui font le
« bang » et explosent avec le tonnerre
spectaculaire …,

Le bonheur n’est pas celui des gratte-ciel à
escaler, de défis à relever en se mettant
continuellement à l’épreuve.

En grandissant tu apprends que le bonheur est fait de
des choses petites mais précieuses…
Et tu apprends que l’odeur du café
le matin est un petit rituel du bonheur, que
suffisent les notes d’une chanson, les sensations
d’un livre avec de couleurs qui réchauffent le coeur,
que les arômes d’une cuisine suffisent,
poésie des peintres du bonheur,  que suffit
la museau de votre chat ou votre chien pour entendre
un léger bonheur.

Tu apprends que le bonheur est fait d’émotions en
pointe des pieds, de petites explosions qui
en sourdine élargit le cœur, que les étoiles
peuvent t’émouvoir,  le soleil faire briller
les yeux,
et tu apprends que c’est un champ de tournesols
illumine ton visage, que le parfum du printemps
se réveille de l’hiver, et que s’asseoir pour lire
à l’ombre d’un arbre te détend et  libère
les pensées.

Et tu apprends que l’amour est fait de sensations
délicat, de petites étincelles dans l’estomac,
des présences proches même si elles sont éloignées, et tu apprends  que
le temps s’allonge et que ces 5 minutes sont
précieux et long plus que bien des heures,
tu apprends  qu’il te suffit de fermer les yeux,
enflammer les sens, cuire dans la cuisine,
lire un poème, écrire dans le livre ou
regarder une photo pour défaire le temps et la
distance et être heureux avec ceux que tu aimes.

Et tu apprends qu’entendre une voix au téléphone,
reçoivent un message inattendu, ils sont
petits moments de bonheur.
Et tu apprends à avoir, dans le tiroir et dans le coeur,
rêves petits mais précieux.

Et tu apprends que tenir un bébé dans tes bras
est un bonheur délicieux,
Et tu apprends  que les plus beaux cadeaux sont ceux qui
parle des gens que tu aimes…
Et tu apprends qu’il y a du bonheur aussi
dans l’urgence d’écrire tes pensées sur une feuille de papier,
qu’il y a quelque chose d’amèrement heureuse aussi
dans la mélancolie.

Et tu apprends que malgré tes défenses,
malgré ta volonté ou ton destin,
dans chaque mouette qui vole il y a dans le coeur
un petit grand
Jonathan Livingstone.
Et tu apprends  à quel point la simplicité est belle et grandiose.